Ce vendredi 2 avril, des étudiants de l’IJBA interviennent au Collège Goya pour expliquer la construction d’un article à une classe de sixième. Reportage.

Tout commence quand deux étudiants de l’IJBA viennent dans notre collège pour leur sujet de la semaine de la presse, mais plus précisément pour les fausses informations.

Philippe Peyre et Philippine Thibaudault

 

Pourquoi? Parce que ce jour là, dans les écoles, les collèges et les maternelles… c’était la semaine de la Presse!

A 11h00 Philippe et Philippine entrent dans le collège. Ils sont surpris d’entendre une musique qui vient de tiktok comme sonnerie! Ils arrivent et rencontrent une classe tourmentée et excitée, les 6°B, notre classe!

Le cours se déroule normalement sauf que Philippe prend plein de photos et Philippine prend des notes. Ensuite, ils nous posent des questions sur les fake-news.

 

Ils doivent écrire un article pour leur journal l’Imprimatur.

C’est le journal école «Imprimatur» qui permet aux étudiants de première année de l’IJBA de publier leurs reportages. Imprimatur est un journal gratuit.

Ce journal école aborde l’actualité de Bordeaux et de la communauté urbaine avec des sujets qui concernent les faits du jour, la politique, la culture, le sport, les sujets de société.

Ils ont deux demandes : un reportage et une interview.

Il y a 150 photos en tout qui ont été prises pour illustrer l'article.

 

Pour écrire un article il faut appliquer une méthode : l'écriture est assez chronologique ,étape par étape, et ils utilisent les 5 W : WHO(QUI), WHAT(QUOI), WHERE(OÙ), WHY(POURQUOI), WHEN(QUAND)

L’article pour la page media, doit faire 5000 signes, on compte les caractères et les espaces.

 

Les deux étudiants une fois l’article publié sont revenus nous voir pour expliquer leur démarche.

« Mais ça veut dire quoi l'IJBA ? »

Philippe répond en écrivant au tableau :

« Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine »

Philippe et Philippine disent qu'ils distribuent leurs journaux à la bibliothèque, au marché, chez les coiffeurs ou encore à la laverie. Ensuite ils racontent, que grâce à Isabelle Martin, déléguée à l'éducation aux médias de l'Académie de Bordeaux, ils ont pu nous rencontrer et également l'interviewer.

 

Le journal se réalise toute la journée du mercredi avec des reportages, l’écriture des articles, la mise en page du journal, la sélection des photographies, sur 150 photographies prises, seules deux photographies ont été choisies par Fred Augrey , la personne qui s'occupe de la direction artistique.

 

Philippine et Philippe expliquent que les étudiants sont responsables du journal Imprimatur.

Les étudiants découvrent tous les postes de travail dans une rédaction : enquête, rédaction de l’article, photographie, tirage, édition du journal.

 

Après, avoir écrit l’article Philippe et Philippine le ramènent au secrétaire de rédaction, Mathieu Duphil qui vérifie les caractères et le titre, « Les fake news sur les bancs de l'école » mais Mathieu Duphil voyant ce titre leur dit : « Bon écoutez, c'est mignon mais vous pouvez mieux faire. »

Mathieu Duphil leur proposa « Les fake news au piquet » mais Philippe et Philippine réagissent en disant : « Désolé, mais aller au piquet c'est trop vieux donc pourquoi pas les fake news au coin »

Mathieu Duphil accepta un peu vexé.

 

5000 exemplaires du journal seront distribués.



Le journal à lire ICI!




 

texte écrit par la classe de 6°B